Historical

Histoire

Dans les pages de notre section « Histoire », nous retraçons l'histoire des développements en remontant jusqu'aux premiers temps. Vous en saurez aussi plus à propos des dirigeants qui les ont découverts.

1 Nombre d'Abbe

Numéro d'Abbe v

Professeur, Docteur Ernst Abbe

d'Abbe v

Carl Zeiss ouvrit un atelier d'optomécanique en 1846 et jouit d'une excellente réputation en tant que fabricant de microscopes. Bien qu'une étroite collaboration avec des scientifiques de renom existait, Carl Zeiss améliorait constamment la qualité des microscopes, ce ne fut qu'à partir de sa collaboration avec Ernst Abbe (à compter de 1866) qu'il fut capable de placer la construction des microscopes sur un fondement scientifique véritable. Afin de pouvoir produire des verres sur la base des dernières découvertes scientifiques d'Abbe, Otto Schott, Ernst Abbe, Carl Zeiss et Roderich Zeiss fondèrent en 1883 la « Glastechnisches Laboratorium Schott und Genossen » (maintenant connue sous le nom de « Schott Glas »).


d'Abbe

d'Abbe

Jusqu'à maintenant, les verres optiques se différentiaient uniquement par la particularité de leurs « poids spécifiques » ! Abbe présenta un autre paramètre important pour la première fois – un facteur sans lequel les visions ophtalmiques d'aujourd'hui seraient difficiles à imaginer : la valeur de réfraction – le nombre d'Abbe, et fut ensuite utilisé pour la production des verres organiques.

afficher
masquer

2 Traitement Antireflet

Brevet

Brevet

Traitement antireflet

Au tournant du siècle, Josef von Fraunhofer (1787 – 1826) remarqua que les anciens verres avec des surfaces polies avaient une transmission supérieure. Les changements causés par la corrosion réduisaient l'indice de réfraction dans les couches supérieures du verre. Cela donnait une réflexion réduite, et par conséquent une meilleure transmission.

L'opticien anglais Denis Taylor fit une autre découverte en utilisant délibérément de l'acide pour oxyder artificiellement les verres. Bien que cette méthode fût brevetée en 1904, elle demeura plus ou moins insignifiante, car le traitement opéré sur les surfaces des verres les rendait poreuses et réduisait considérablement leur durabilité.

En 1935, A. Smakula, employé de la société Carl Zeiss, découvrit une nouvelle méthode permettant de réduire les reflets sur les surfaces optiques. Il réussit en appliquant un traitement supplémentaire sur la surface d'un verre, ce qui causa non seulement une atténuation des reflets, mais qui permit aussi d'observer une bonne durabilité. Le brevet de cette méthode demeura secret jusqu'en 1939 ; ce ne fut que lorsqu'une méthode similaire eut été développée avec succès aux États-Unis que le brevet fut finalement déposé.

Jusqu'à ce jour, les travaux de Smakula constituent la base des procédures standards utilisées pour réduire les reflets sur les verres de lunettes.

3 Géométrie d'un verre

Géométrie d'un verre – auparavant et actuellement

Verres à distance focale

Géométrie d'un verre – auparavant et actuellement

Aux environs de 1804, le physicien anglais Wollaston découvrit que l'acuité visuelle diminuait lorsqu'un porteur de lunettes regardait dans la périphérie des verres biconvexes utilisés à cette époque, et que les verres en forme de ménisque produisaient une image plus nette. Après cette découverte, de multiples essais ont été faits pour améliorer les propriétés optiques des verres. Les premiers efforts de conception des verres en forme de ménisque avec une réduction de flou périphérique furent entrepris par les ophtalmologistes Ostwald et Tscherning. Les résultats n'eurent cependant pas d'importance pratique, car ils étaient seulement calculés pour de très petits angles de vision, et pour des verres d'une épaisseur centrale théorique de zéro.

En 1908, la société Carl Zeiss confia à un membre de son personnel scientifique, Moritz von Rohr, le calcul exact des verres de lunettes. Il réussit à concevoir des verres à distance focale dans lesquels le flou périphérique était réduit. Ces calculs de Moritz von Rohr établirent les bases des verres Punktal de ZEISS encore fabriqués jusqu'en 2014.

L'évolution vers des verres amincis

Verres périscopiques

L'évolution vers des verres amincis

Bien que les propriétés optiques optimales furent obtenues avec les premiers verres à distance focale, la courbure prononcée des verres s'est révélée être un inconvénient esthétique majeur, plus particulièrement pour les fortes corrections positives.

Pour rendre les verres plus jolis, on lança les verres dits « périscopiques », pour lesquels une seule surface était pratiquement plate. Cela rendait aussi globalement le verre plus plat, mais on pouvait observer des aberrations considérables dans les zones périphériques. Ces aberrations causaient plus particulièrement une vision floue pour les fortes corrections.

Verres asphériques/toriques

Verres asphériques/toriques

La solution – une bonne esthétique et une bonne vision avec un seul et même verre – est apparue sous la forme des verres asphériques et toriques.

En 1986, Carl Zeiss fut le premier fabricant – et est toujours le seul fabricant – à proposer des verres simple vision avec une surface frontale torique : les verres Hypal. Cette conception moderne du design permet une qualité d'image exceptionnelle sur un large champ de vision et, en même temps, des verres plats et agréables sur le plan esthétique.

afficher
masquer

4 Asphérique

Publicité pour les verres Katral de ZEISS parue en 1928

Publicité pour les verres Katral de ZEISS parue en 1928

La conception de surface asphérique n'est pas nouvelle pour ZEISS. Les verres asphériques Katral pour les personnes ayant été opérées de la cataracte ont été commercialisés en 1923. Cependant, la technique de fabrication complexe exigée se reflétait dans un prix très élevé : un seul verre Katral coûtait à l'époque aussi cher que la location mensuelle d'un appartement de luxe de quatre pièces dans le quartier chic d'une ville. Il va sans dire qu'il était impossible d'appliquer un prix si élevé pour des verres de lunettes standard sur le marché.

5 Verre

Depuis combien de temps le verre existe-t-il ?

Depuis combien de temps le verre existe-t-il ?

Le verre minéral a été produit avec succès au XIIème siècle. Les vitraux des églises, par exemple, étaient composés de pièces de verre de couleur, assemblés par du plomb. Toutefois, seuls les Vénitiens maîtrisaient l'art de produire un verre totalement clair à cette époque.
Pendant cette même période, on utilisait toujours le béryl (pierre semi-précieuse) en Allemagne en guise de loupe pour la lecture. L'effet grossissant de ces cristaux de roches incolores était obtenu en déposant tout simplement le cristal sur le texte à lire.
Verre minéral pour des verres de lunettes aux environs des années 1250. De nos jours, on les fabrique en verre ou en matières organiques.
La matière organique CR 39 (Columbia Resin) a été développée pour la première fois à des fins de production de verres de lunettes organiques il y a environ 50 ans.

6 Protection solaire

Histoire, Protection solaire

Non seulement la contraction des pupilles, mais aussi la fermeture des paupières protègent les yeux contre les éblouissements et les rayons UV. Ceci a probablement mené à ce que l'on appelle les « lunettes fendues ».

Ces lunettes en bois portées par les Esquimaux sont l'une des premières formes de protection solaires. Leurs fentes étroites permettent une vision avec peu d'éblouissements dans les régions où la neige et la glace reflètent plus de 80 % de la lumière.

7 Verres bifocaux

Histoire, verres bifocaux

Lunettes bifocales(aux environs de 1870). La puissance dioptrique pour la vision de près est obtenue en oscillant les verres latéraux dans le champ visuel. Musée de l'optique, Oberkochen

Les verres multifocaux et les lunettes existent sous diverses formes depuis plus de 200 ans. L'invention des verres bifocaux est attribuable au Président des États-Unis Benjamin Franklin (verre Franklin). En 1785, il présenta une paire de lunettes bifocales dans lesquelles deux demi-verres étaient montés sur chaque côté de la monture. Le verre du haut était utilisé pour la vision de loin, et le verre du bas servait à la lecture (vision de près).

Le terme « bifocal » fut introduit par le mécanicien John Isaac Hawkins qui proposa une construction de lunettes trifocales en 1826.

Histoire, verres bifocaux

Lunettes bifocales inventées par Benjamin Franklin (aux environs de 1860). Musée de l'optique, Oberkochen

afficher
masquer
Nous utilisons des cookies sur ce site Internet. Les cookies sont de petits fichiers textes enregistrés sur votre ordinateur par des sites Internet. Les cookies sont largement répandus et permettent d'optimiser la présentation des pages Web et de les améliorer. En continuant à naviguer sur ce site, vous déclarez accepter les cookies. plus